Entrepreneures en 2018: L'indépendance au féminin

Femmes entrepreneures en 2018, ou l’indépendance au féminin

Force est de constater qu’en 2018, notre société se détourne doucement mais surement du statut de salarié pour développer l’entrepreneuriat. Selon une étude menée par Createst, près d’un français sur six, âgé de 18 à 35 ans, a déjà exercé ou exerce actuellement une activité en tant que travailleur indépendant. Et la tendance se confirme ! Alors que les inégalités hommes femmes persistent en France, il serait intéressant de voir comment les femmes entrepreneures s’adaptent à ce changement : Dans quelles conditions construisent-elles leur projet ?  Kwixeo, votre partenaire réussite, se penche sur la question.

Les femmes entrepreneures en 2018 : Qui sont-elles ?

Il ne fait aucun doute que les femmes sont également séduites par l’entrepreneuriat. Elles suivent la tendance du moment et finissent par se lancer : Les femmes entrepreneures se font donc de plus en plus nombreuses. Mais qui sont-elles vraiment ?

Si l’âge moyen des entrepreneures d’aujourd’hui est de 43 ans, ces dernières n’avaient en moyenne que 35 ans lors du lancement de leur activité indépendante. La majorité d’entre elles ont obtenu un diplôme de niveau BAC+3 ou plus, et sont basées en région parisienne.

A la question « Quelle a été la principale motivation au lancement de votre activité ? », près de la moitié des femmes entrepreneures interrogées affirment être animées par l’envie de se sentir plus autonomes ! On retrouve ensuite le besoin de donner du sens à sa vie, et la possibilité d’obtenir une vie personnelle et privée plus équilibrée.

D’un point de vue finance, plus craintives que les hommes, les femmes entrepreneures sont moins sujettes aux emprunts ou aux levées de fonds. Elles sont 80% à utiliser leurs propres économies pour assurer le lancement de leur activité

Profil type des femmes entrepreneures

 

La vie d’entrepreneure : freins et obstacles rencontrés dans l’entrepreneuriat au féminin

Il n’est pas rare de rencontrer des obstacles lors de la création de sa structure : Soucis d’investissement, manque de formation, etc. Mais les femmes entrepreneures semblent développer davantage de freins au lancement de leur activité que les hommes.

Les risques financiers arrivent en première position. En effet, les entrepreneures cultivent majoritairement la crainte de ne pas dégager suffisamment de revenus (37%), ou encore la peur de l’échec financier de l’entreprise (30%). Ces dernières aiment moins la prise de risque que les hommes, et s’avèrent donc beaucoup plus prudentes.

Viennent ensuite les appréhensions liées à l’inconnu : 59% des femmes entrepreneures étaient salariées avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. Et pour 80% d’entre elles, il s’agit de leur première aventure entrepreneuriale. Il s’agit donc d’une réelle prise de risque, qui constitue d’ailleurs un frein pour 16% des femmes désireuses de devenir indépendantes.

Le troisième frein découle du second : En plus d’avoir peur de l’inconnu, les femmes entrepreneures manquent parfois de confiance en elles. Or, il semble évident que pour se lancer, il faut croire en son projet. Et plus encore, il faut être capable de croire en soi.

Pour les entrepreneures françaises, lancer son entreprise signifie :

  • Être capable d’influencer les décisions de leur entreprise,
  • Être fières de leur travail
  • Et avoir plus de responsabilités.

L’entrepreneuriat serait donc en réalité un bon moyen d’aider les femmes à prendre confiance en elles.

 

Entrepreneures VS entrepreneurs : qu’est-ce qui nous différencie ?

Il est grand temps de se poser la question : Les hommes rencontrent-ils les mêmes difficultés que les femmes ? Les deux sexes réussissent-ils autant l’un que l’autre ? Travaillent-ils de la même manière ?

Nous venons de le démontrer : la peur de l’échec, et le sentiment d’être moins compétentes que les hommes représentent un frein pour les femmes qui souhaitent se lancer. Et pourtant, une femme a autant, voire même plus de qualités qu’un homme pour créer et diriger son entreprise.

Le premier écart se creuse au niveau des finances : Si les femmes entrepreneures citent la possibilité de gagner plus d’argent comme un bénéfice de l’entrepreneuriat, elles gagnent moins que les hommes. 53% d’entre elles réalisent moins de 55K€ de chiffre d’affaires par an contre seulement 36% chez les hommes.

Les femmes seraient également plus inquiètes au sujet de leur avenir d’entrepreneure, seulement 43% d’entre elles se disent optimistes pour l’avenir de leur entreprise contre 64% d’hommes et 72% pensent que leur entreprise n’existera plus dans les 5 années à venir ! Et qui dit plus inquiètes, dit forcément plus prévoyantes ! En effet, 18% d’entre elles disent être assurées contre tous les risques qui pourraient entraîner un procès, contre 13% d’hommes.

Hommes entrepreneurs vs femmes entrepreneures

On constate ensuite que les secteurs d’activités varient en fonction des genres. Les hommes se dirigent majoritairement vers les métiers de ces secteurs :

  1. Informatique / Télécoms – 16%
  2. Commerce / Marketing / vente – 14%
  3. Gestion / Finances / RH / comptabilité – 11%

Tandis que les femmes séduite par l’entrepreneuriat au féminin s’orientent davantage vers les domaines suivants :

  1. Santé / Social / Service à la personne – 22%
  2. Assistanat / Administration – 21%
  3. Gestion / Finances / RH / Compta / Audit – 16%

Et autant le dire, leur façon de travailler est bien différente. Là où les hommes sont bons pour prendre des décisions stratégiques, les femmes dirigeantes et/ou entrepreneure sont plus reconnues pour leurs capacités relationnelles et organisationnelles. Les entrepreneurs semblent travailler plus d’heures par semaine, mais les entrepreneures, elles, prennent moins de pause et de vacances.

Vous voulez en savoir plus? Cette infographie vous révèle des chiffres étonnants sur les hommes et femmes entrepreneurs, de quoi mettre tous vos préjugés au placard !

 

Amies entrepreneures, une seule règle : Lancez-vous !

                Mesdames, si votre instinct vous pousse vers l’entrepreneuriat féminin, écoutez-le et lancez-vous. Il s’agit d’une fabuleuse aventure. Armez vous d’un peu de patience, de beaucoup de persévérance, et surtout : faites-vous confiance !

                Nos petits conseils ?

1/ Pensez à vous assurer, afin de limiter autant que possible les risques liés à votre activité

2/ Investissez dans une solution de gestion d’entreprise : gagnez du temps en centralisant tout votre travail de gestion commerciale, de prospection, et de gestion des charges.

3/ Prenez le temps de vous former à l’entrepreneuriat si vous en ressentez le besoin. Aujourd’hui, de nombreuses formations sont disponibles en ligne. Découvrez par exemple ce MOOC qui vous aidera à réussir le financement de votre projet. Date limite d’inscription : le 5 novembre 2018 ! Alors on fonce !

4/ Et surtout: faites le plein de motivation ! Un petit tour sur notre compte Instagram, et vous serez remontées à bloc !