Grande nouvelle chez Kwixeo : on lance officiellement Kwix’News, notre newsletter mensuelle ! Notre petite Kwix’News, c’est un condensé d’actualités sur Kwixeo, de nouveautés et de surprises qui vous permettront de décrocher le temps de quelques minutes… Allez, on vous en dit un peu plus sur ce nouvel outil entièrement créé pour vous ! 

Kwix’News : l’actualité Kwixeo à l’écrit ou en vidéo, c’est vous qui voyez !

Et oui, chez Kwixeo, on ne fait pas les choses à moitié. On a beaucoup travaillé sur ce nouvel outil pour communiquer avec notre communauté ; et on a toutes et tous tenu à amener une petite pointe de folie à ce projet.

Donc on a misé sur un double format, histoire de plaire au plus grand nombre. Ceux qui sont attachés aux traditions pourront s’offrir 5 petites minutes de lecture accompagnées d’un bon café (ou d’un thé hein, aucune préférence !). Quant aux plus audacieux, vous aurez la possibilité d’écouter Julien, le créateur de Kwixeo, revenir sur toute l’actualité du mois en vidéo !

L’actualité mensuelle de notre logiciel Kwixeo

Bon une newsletter, ça reste tout de même le moyen de vous tenir au courant de notre actualité. Et c’est prévu, pas de panique ! Les rubriques « C’est officiel » et « C’est au programme » reviendront sur toutes nos nouveautés. Vous y découvrirez toute l’actualité Kwixeo, à savoir : les nouvelles fonctionnalités du logiciel, les dernières mises à jour, et les projets en cours de développement ! De quoi suivre l’évolution de votre logiciel de gestion, et adapter rapidement les nouveautés développées à votre activité.

Grâce au format vidéo, Julien prend le temps d’expliquer précisément les nouvelles améliorations du logiciel, et de les présenter en temps réel. Alors si les mises à jours vous intéressent particulièrement, ou que vous souhaitez découvrir les nouvelles fonctionnalités directement avec le créateur de Kwixeo, ça se passe sur notre chaîne Youtube !

Des offres exclusives à ne pas rater !

L’actu, l’actu… Oui mais pas que ! L’équipe Kwixeo tient à être généreuse avec ses clients. Du coup, on a créé la rubrique « C’est aujourd’hui ou jamais » ! Vous l’aurez sûrement deviné, elle vous permet de découvrir les offres du moment : Promotions exceptionnelles, programme de parrainage, jeu concours, etc. On compte sur vous pour en profiter !

Une sélection des meilleurs articles de blog

Parcourir notre Kwix’News, c’est aussi l’occasion de redécouvrir nos meilleurs articles de blog grâce à notre rubrique « C’est aux infos ». Chaque mois, on fait une petite sélection des sujets susceptibles de vous intéresser, et on les compile dans notre newsletter ! Si vous ne l’avez pas encore exploré, allez faire un tour sur notre blog, on y partage plein d’articles :

  • Des articles sur l’entrepreneuriat et la gestion d’entreprise
  • Un retour sur l’actualité en lien avec la comptabilité et la gestion commerciale
  • Des TOP 5 pratiques, ludiques, ou complètement loufoques… mais toujours utiles, promis !
  • Nos paroles au client, où l’on découvre le lien très fort qui unit Kwixeo à ses clients
  • L’actualité ponctuelle du logiciel et de l’équipe

Une info pas comme les autres

Pourquoi est-ce que Kwix’News n’est pas une newsletter comme les autres ? Et bien… D’abord parce que nous terminons notre retour sur le mois en cours par une rubrique elle-même pas comme les autres… « C’est osé » est un retour sur une info totalement insolite, survenue quelque part dans le monde, que vous pourrez prendre plaisir à partager pendant votre prochain repas. Rires garantis. Pas mal, non ?

Mais aussi et surtout parce que, tout comme notre logiciel, notre newsletter a entièrement été pensée pour vous. Nous l’avons conçue de manière à vous délivrer le maximum d’éléments, qu’ils soient d’ordre pratique, divertissant ou informatif. Le tout dans un format ludique, et surtout digeste.

D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore remarqué, on adore les jeux de mots dans l’équipe. Alors gardez les yeux grands ouverts, car derrière des expressions pourtant simplistes, se cachent les sonorités d’un logiciel de gestion qu’on recommande à tout le monde… On vous laisse cogiter. 

Abonnez-vous à notre Kwix’News et restez à l’affût de l’actualité Kwixeo !

Si vous êtes tenté par la découverte de notre nouveau support ou le suivi de l’actualité de Kwixeo, on vous invite tout simplement à vous rendre sur notre site Internet Kwixeo pour vous abonner à notre Kwix’News. C’est gratuit, sans engagement, et on vous promet en plus de belles surprises !

Oui, vous avez raison d’être heureux lorsque vous ramenez un tout nouveau client dans votre boite ! C’est ce qu’on vous demande, alors pourquoi ne pas fêter ça comme il se doit? Et bien… Peut-être parce qu’acquérir un nouveau client, c’est bien. Mais fidéliser les clients que vous avez déjà, c’est bien mieux ! Vous en doutez encore ? Pas de soucis : aujourd’hui, Kwixeo vous explique pourquoi la fidélité des clients, c’est sacré.

Fidélisation VS Acquisition

Quand vous êtes commercial, on vous demande de vendre, encore et toujours plus. Qu’il s’agisse de produits ou de services, vous devez prospecter, contacter puis convertir au maximum. Et ce travail d’acquisition, vous le savez surement, demande énormément de temps. Et aussi beaucoup d’argent ! En effet, quand on fait de la relation client, il faut savoir une chose essentielle : Convertir un prospect en client vous coûte en moyenne 7 fois plus cher que de fidéliser les clients que vous avez déjà séduits.

Fidélisation 1 – 0 Acquisition !

Pensez-y deux minutes : Pour amener un nouveau client dans votre portefeuille, vous allez devoir faire un long travail de prospection. Google Ads sera peut-être votre première piste. Vous allez surement opter pour une campagne e-mailing, qui suppose des compétences en marketing ainsi que l’achat d’une base de données. Vous avez même certainement pensé à la téléprospection, un exercice chronophage et difficile pour les téléprospecteurs.

Et devinez quoi ! Les taux de conversion de ces outils en BtoB sont cruellement faibles, avec une moyenne de 4% pour Google Ads et les campagnes e-mailing, et de seulement 2% pour la téléprospection. Pire encore, ces chiffres ne correspondent qu’à la phase de prospection. Il faut ensuite entretenir le lien avec ces prospects « intéressés » pour les convertir définitivement en clients.

Et si justement, on vous disait que vous pourriez perdre ces clients plus vite que vous ne le pensiez ? Une enquête a récemment démontré que 46 % des clients quittent leur fournisseur après la 1ère  commande, 24 % après la seconde, 14 % après la 3ème et 12 % après la 4ème. On peut en conclure qu’un client est véritablement acquis non pas à la première commande, mais seulement après la 3ème. Un effort important doit donc être maintenu pour y parvenir !

Fidélisation 2 – 0 Acquisition !

Certes vous nous direz qu’acquérir de nouveaux clients reste indispensable. L’argument principal réside dans la loi de Pareto : 20% de vos clients réalisent 80% de votre chiffre d’affaires. Vous avez donc tout intérêt à augmenter leur nombre afin de réduire les risques commerciaux autant que possible. Et dans un sens, vous avez raison.

Sauf que, si on y réfléchit bien : Pourquoi vos clients voudraient-ils partir si vous les chouchoutez ? A leur place, auriez-vous envie de quitter une entreprise qui répond à vos besoin et qui prend soin de vous ? La réponse est sûrement… Non.

Fidélisation 3 – 0 Acquisition ! Victoire par K.O !

Pourquoi faut-il fidéliser ses clients ?

Vous l’avez compris, la fidélisation de sa clientèle demande un investissement moindre comparé à celui de l’acquisition. Fidéliser vos clients vous permet donc de gagner de l’argent, ou du moins, de faire de réelles économies.

Mais ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est que vous avez entre les mains des clients qui vous font d’ores et déjà confiance. Ils croient en votre concept, puisqu’ils le consomment. Elle est là votre plus belle opportunité ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un client fidèle :

  1. Consomme davantage (en quantité comme en diversité)
  2. Communique naturellement et utilement avec l’entreprise
  3. Devient un vecteur de communication pour l’entreprise en faisant sa promotion auprès de ses proches
  4. Réduit les coûts de gestion (administratifs, logistiques, commerciaux, etc.)
  5. Négocie moins les prix, et produit donc des marges plus confortables

Et oui ! Inutile de rechercher la poule aux oeufs d’or : vous l’avez déjà trouvée ! 

Fidéliser ses clients, c’est s’assurer des ventes et une rentrée d’argent régulières. Ces derniers vont davantage partager leurs ressentis avec vous, et donc vous aider à améliorer vos prestations. Satisfaits de leur choix, ils vont naturellement communiquer pour vous auprès de leur entourage. Le petit plus ? Ils sont moins attentifs aux prix, et seront moins tentés à l’idée de négocier avec vous. Bref, que du positif, non ?

Comment fidéliser ses clients ?

La réflexion autour de la fidélisation de sa clientèle commence par 2 questions d’apparence assez simples :

  1. Quel type de clients voulez-vous fidéliser ? ?
  2. Comment allez vous fidéliser les clients identifiés ?

En effet, tous les clients de se ressemblent pas. Ils consomment différemment. Leurs attentes vis à vis de votre entreprise ne sont pas les mêmes. Certains seront exigeants, d’autres pas. D’où l’impératif de segmenter ! Vous devez en effet multiplier les outils de fidélisation et les adapter au profil de vos clients.

Allez, parce que nous aussi on aime nos clients, on vous partage quelques stratégies de fidélisation de sa clientèle et les outils qui vont avec :

  1. Humaniser la relation clientèle

Un client n’est pas acquis lorsque vous avez répondu à sa demande, mais bien lorsque vous avez réussi à entretenir une relation de confiance avec lui. Et cela passe par l’humain. Soyez naturel dans vos échanges. Appelez-le par son prénom dès que vous le pouvez. Anticipez ses besoins et répondez au mieux à ses attentes. N’oubliez pas que vos clients veulent faire affaire avec des hommes, pas des entreprises !

      2. Fidélisez vos clients en les impliquant

Le vendeur pense parfois, à tort, qu’un fois le client acquis, le questionnement devient une forme d’ignorance sur ce qu’il devrait savoir sur lui. Or, les enjeux des clients changent à la même vitesse que notre société. Vous devez donc évoluer avec eux et les aider à trouver des solutions innovantes. D’où l’importance de les questionner sur les préoccupations et sur les nouveaux enjeux auxquels vous devriez pouvoir répondre.

Vous pouvez solliciter vos clients dans le cadre de témoignages clients ou de questionnaires de satisfaction. Ils auront ainsi le sentiment de participer activement à l’amélioration de votre activité. Plus encore, ils se sentiront écoutés, utiles. Si vous pensez séduire vos clients uniquement en donnant, vous vous trompez. Savoir demander reste un acte d’humilité perçu de manière très positive par la clientèle. Croyez-nous : les retours seront très bons, surtout si vous prenez en compte leurs recommandations.

      3. Remercier vos clients avec sincérité

L’important dans la relation client, c’est de montrer aux clients que vous êtes reconnaissant de la confiance qu’ils vous témoignent. Pensez donc à les remercier lorsqu’ils passent commande, récompensez leur fidélité par des offres promotionnelles. Invitez-les à visiter vos locaux, envoyez leur un petit cadeau de fin d’année… Les gestes sont nombreux et parfois très simples, mais ils feront tous leur effet.

Chaque client est unique, à vous de leur donner la sensation d’être privilégié.

Si vous doutiez encore de la force commerciale de la fidélisation de votre clientèle, nous espérons vous avoir fait changer d’avis ! Certes, il est indispensable de gagner de nouveau clients afin de réduire au maximum les risques commerciaux. Mais n’oubliez pas qu’il est plus facile, et surtout plus sain de travailler sur la satisfaction de votre clientèle actuelle et de fidéliser vos clients au quotidien.

Misez sur des outils CRM tels que Kwixeo, qui vous accompagnent dans la gestion de votre clientèle, de la prospection à la fidélisation, en passant par l’étape phare de la conversion !

Aujourd’hui, on inaugure un nouveau format d’article : les Top 5 ! Rapides à parcourir, simples à assimiler et agréables à lire, ils survoleront des thèmes propres à la gestion d’entreprise et au quotidien d’entrepreneur. Si vous en voulez plus, ça se passe également sur notre compte Instagram ! Prêts ? C’est parti !

Vous le savez aussi bien que nous : personne ne naît entrepreneur. Et pourtant, nous pourrions tous le devenir. L’entrepreneuriat reste avant tout un état d’esprit, une expérience à laquelle peu de personnes se tente, mais qui ravie la plupart d’entre elles.

Beaucoup vous diront que la peur d’échouer est plus forte que l’envie de réussir… Mais la première chose à saisir, lorsque l’on souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est que l’échec fait partie intégrante de la réussite. Rares sont ceux qui réussissent du premier coup ; mais riches sont ceux qui apprennent de leurs erreurs. 

Vous êtes surement tombés un nombre incalculable de fois avant d’apprendre à marcher correctement. Si vous savez nager, souvenez-vous de toutes les fois où vous avez bu la tasse. Et ne parlons pas du permis de conduire ! Avouez-le : vous avez calé plus d’une fois avant d’obtenir votre examen !

Et bien, devenir un bon entrepreneur, c’est exactement pareil ! Dans la plus part des cas, il faut savoir faire face aux obstacles et essuyer des échecs avant de se complaire dans le succès. Une fois que vous l’avez bien compris et assimilé, commencez à cultiver des qualités indispensables à l’entrepreneuriat.

Motivation & détermination

On vous l’a dit : le chemin vers le succès entrepreneurial sera semé d’embûches. Alors oui, ça peut faire peur. Cela peut également altérer vos capacités décisionnelles. Vous pouvez même, malheureusement, avoir envie de faire marche arrière, ou de baisser les bras…

Et c’est justement là qu’on découvre l’une des premières qualités essentielles à tout bon entrepreneur : entretenir sa motivation et savoir rester déterminé ! Vous devez garder en tête vos objectifs, et tout mettre en oeuvre pour les atteindre. Votre idée est certainement très bonne, elle peut réussir. Vous pouvez réussir !

Le fondateur de BLABLACAR, Frédéric Mazella, a travaillé pendant 7 longues années avant que son entreprise ne devienne rentable. Convaincu par son projet, il a confié qu’il était prêt à manger des pâtes jusqu’à ce que son entreprise fonctionne ! Un magnifique exemple de détermination, qui a porté ses fruits !

Et puis, soyons un peu honnêtes : sans péril, on triomphe souvent sans gloire ! Voilà.

Originalité & innovation

Pas de secret : pour que votre projet entrepreneurial réussisse, il faut qu’il soit original. Il doit répondre aux besoins de votre cible de manière innovante.

Vous évoluez sur un secteur très concurrentiel ? Alors l’originalité de votre concept restera votre meilleur facteur de différenciation. Si les tarifs de vos prestations ou le prix de vos produits restent des éléments importants aux yeux des consommateurs, c’est aussi et surtout la créativité de votre projet qui saura les séduire.

Prenez le temps d’étudier l’offre de vos concurrents, restez à l’affût des dernières tendances du marché. Soyez un bon entrepreneur en restant curieux et ouvert d’esprit. Identifiez ce petite quelque chose que tout le monde aimerait avoir, mais qui n’existe pas encore… et allez au bout de votre créativité !

Organisation & rigueur

Vous avez votre idée ? Elle est réalisable ? Parfait. Maintenant, il faut établir une organisation rigoureuse pour être efficace dans le développement de votre concept et l’aboutissement de votre projet.

Notre conseil pour une organisation simple mais efficace : Commencez par faire une liste des tâches à réaliser. Définissez l’ordre de priorité et le délais de réalisation pour chacune d’entre elles. Vous pourrez ensuite les intégrer à un retroplanning, ou les planifier dans un outil de gestion de projet tel que Trello ou Asana.

Une fois ce travail fait, fixez vos horaires de travail et tenez-vous à votre planning. Ne négligez aucune étape. Un bon entrepreneur doit savoir être rigoureux de manière à ce que les fondations de son entreprise soient solides, et résistent dans le temps.

Confiance en soi

En tant qu’entrepreneur, vous vous devez de croire en votre projet, en vos capacité et surtout en vous-même. Si vous ne le faites pas, qui le fera à votre place ? La confiance en soi, bien loin de la prétention ou de l’égocentrisme, c’est savoir ce que vous valez, et ce que vous êtes en mesure d’entreprendre. 

Le monde de l’entreprise n’est pas tout rose ; il n’y a pas de place pour quelques timides et indécis qui souhaitent l’explorer. La concurrence est rude, les échecs peuvent être nombreux, et les difficultés dures à surmonter. Si vous êtes hésitant ou craintif, vous n’êtes peut-être pas encore prêt pour l’entrepreneuriat.

Croire en ses objectifs, c’est le début de la réussite. Alors, essayez dès à présent de visualiser votre succès. Projetez-vous dans en 2020 s’il le faut. Assumez vos ambitions, vos rêves, et apprenez à être fier de vous et de ce que vous êtes capable de faire !

Honnêteté et honneur

Parfois jugé optionnelles pour certaines, l’honnêteté et l’honneur restent à nos yeux deux valeurs essentielles pour devenir et surtout rester un bon entrepreneur. Tout travailleur indépendant cherchant le respect et la reconnaissance doit avant tout apprendre à être droit dans ses bottes.

Qu’il s’agissent de vos relations avec vos salariés, vos prestataires ou encore vos investisseurs, vous devez faire preuve d’honnêteté. Comportez-vous comme vous avec vos parties prenantes comme vous aimeriez qu’elles se comportent avec vous.

Vos liens seront ainsi plus solides. Et qui sait ? Peut-être que votre honnêteté vous permettra de trouver de l’aide au moment où vous en aurez le plus besoin… 

Vous vous reconnaissez dans notre article ? Alors vous avez sûrement tout ce qu’il faut pour devenir un bon entrepreneur, et réussir dans le monde des affaires. Reste à savoir désormais si vous souhaitez travailler en freelance ou créer votre entreprise.

Qu’importe votre choix, Kwixeo, votre partenaire réussite, sera là pour vous accompagner, du développement de votre projet à son aboutissement.

L’évolution de notre société et des technologies utilisées entraîne des mutations dans les domaines privés et professionnels. Alors que certains métiers disparaissent au fil du temps, de nouveaux font leur apparition. Parmi eux, une fonction à la croisée des chemins, entre la communication interne et les ressources humaines : Le Chief Happiness Officer ! Qui sont ces nouveaux professionnels, dont la mission principale est de favoriser le bien-être des salariés au sein d’une entreprise ? Devriez-vous songer à en recruter un ? Découvrons-le ensemble !

Quand bonheur rime avec productivité

Ce n’est un secret pour personne: le bien-être des salariés a un impact significatif sur leur productivité et donc sur la performance de leur entreprise. Selon Laurence Vanhé, fondatrice du cabinet Happy-formance, et de nombreuses études américaines du MIT ou de Harvard, « les salariés heureux sont deux fois moins malades, six fois moins absents, neuf fois plus loyaux, 31% plus productifs et 55% plus créatifs« . Ils sont également amenés à prendre de meilleures décisions, à favoriser le travail d’équipe tout en étant plus organisés.

Ces chiffres parlent d’eux-même. Le bien-être au travail est essentiel dans la réussite des entreprises. Et bon nombre d’entre elles l’ont déjà compris. Parmi les entreprises où il fait bon vivre en 2018, on retrouve par exemple Decathlon qui cultive les valeurs du sport auprès de ses salariés, mais aussi Leroy Merlin et Carglass. Quel est le point commun entre ces 3 sociétés ? Et bien, en plus de figurer dans le palmarès 2018 des Great Place to Work, elles ont compris que leur performance sociale nourrissait leur performance économique.

Et ce phénomène ne cesse de s’intensifier. Si les entreprises multiplient les actions pour favoriser le bien-être au travail, elles en viennent même à créer de nouveaux métiers, et notamment celui de Chief Happiness Officer.

Chief Happiness Officer : Qu’est-ce que c’est ?

Le Chief Happiness Officer, également appelé Feel Good Manager, a pour objectif de favoriser l’intégration et le bien-être des salariés d’une entreprise à travers de multiples actions de communication interne et événementielle. Le but étant ainsi, d’améliorer à long terme les performances de l’entreprise.

A l’origine, le concept a été créé par Chade-Meng Tan, un ingénieur américain embauché chez Google. Ce dernier a décidé de changer de métier et de se focaliser sur le développement et le bien-être de ses collègues au bureau. Il invente ainsi la fonction de jolly good fellow (super bon camarade) et devient le premier M. Bonheur. Il est aujourd’hui milliardaire et enseigne la méditation.

Le CHO (Chief Happiness Officer) tient donc un rôle de médiateur dans l’entreprise. Il favorise le dialogue, se tient à l’écoute des salariés, et entretient leur motivation au quotidien. C’est le collègue sympa auquel on confie nos craintes mais aussi nos envies. Celui qui rassemble les collaborateurs, organise des événements internes, et apporte du soutien en cas de besoin.

Avez-vous besoin d’un Chief Happiness Officer ?

Vous le savez maintenant : Un salarié heureux est un salarié productif. Reste à savoir si vous suivrez cette tendance lancée depuis quelques années. Votre entreprise a-t-elle, selon vous, besoin d’un Chief Happiness Officer ?

Première question à vous poser: Avez-vous le budget pour recruter un Chief Happiness Officer à temps plein ? Si ce n’est pas le cas, mais que vous avez malgré tout conscience de la nécessité d’en avoir un dans votre équipe, prenez le temps de vous attarder sur vos propres salariés : N’y a-t-il pas déjà, parmi eux, un profil susceptible d’assurer les missions d’un CHO ? L’employé en charge de la communication ou des ressources humaines peut-il prendre en charge ces nouvelles tâches ?

Demandez-vous ensuite quels sont vos besoins réels. Avez-vous besoin de renforcer le sentiment d’appartenance de vos employés à votre entreprise ? Ont-ils besoin de (re)gagner en motivation ? Avez-vous des problèmes de communication interne à résoudre rapidement ? Plus vos besoins seront nombreux et complexes, plus vous devrez réfléchir à la possibilité d’engager un Chief Happiness Officer.

Enfin, il faudra ses missions, mais aussi et surtout l’accueil qui pourra lui être fait par vos propres salariés. Si certains apprécieront ce type de mise en place, d’autres pourront le voir d’un mauvais oeil. Prenez donc bien conscience de la chose suivante: Votre entreprise doit être prête au changement, tout comme vos collaborateurs.